A propos de la création de "Azalée II" par Jeanne Lefèvre et la reprise de "Paysage d'ombres" par l'ensemble Impronta (dir. Andréas Luca Beraldo /mezzo : Deniz Uzun) :

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

 

… Le concert donné sous la voûte de l’église Saint André de l’Europe réunissait, à côté du Requiem de Mozart (version 1791) des œuvres empreintes de spiritualité et de pensées méditatives: des thèmes qui habitent la musique de Christian Dachez dont on entendait ce soir deux pièces relativement récentes. Très étonnante, la première, Azalée II, qui débutait le concert, était jouée en création mondiale par la jeune et fougueuse violoniste Jeanne Lefèvre, 22 ans, qui poursuit actuellement sa formation d’instrumentiste et de direction de chœur à la Hochschule de Mannheim. Dans une approche quasi scelsienne, Christian Dachez ancre son écriture sur une seule note, un axe de hauteur dans le registre médium autour duquel la musique va s’éployer par ondes successives, découvrant à mesure un champ spatial toujours plus riche. La fixité du point d’ancrage contraste avec la constante mobilité de la matière et les fluctuations permanentes des textures que la violoniste génère par des modes de jeux et un entretien du son toujours variés. La ferveur et l’énergie du geste de la jeune interprète porté par l’acoustique réverbérante des lieux conférait aux deux mouvement d’Azalée II une force rituelle saisissante. Du même compositeur, Paysage d’ombres ou pensée pour Hölderlin, sur un poème de Gérard Fournaison, sollicitait cette fois l’ensemble de cordes d’Impronta et la mezzo soprano Deniz Uzun. Christian Dachez élabore au sein des cordes une trame sombre trouée de silence et striée d’accents presque violents; la ligne de chant plane au-dessus, en une courbe expressive dont le dessin mélismatique est parfois laissé à nu: mélange de sobriété et de stylisation singulière, l’écriture vocale, parfaitement assumée par la jeune Deniz Uzun, laissait flotter son aura poétique sur le fond plus tendu et parfois menaçant de ce « paysage d’ombres ».


 
Michèle Tosi , Resmusica.com le 06/06/2012