A propos de la création de « De cendres et d'encre » :

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Servie par deux interprètes d'exception, l'œuvre d'une intensité luminescente fit assurément l'événement de la soirée. Débutés dans un registre sombre, piano et clarinette s'épaulent dans leur tracé sinueux et vrillé de trilles scriabiniens pour gagner des régions plus claires que la clarinette colore de ses oscillations microtonales. Ourlée par le piano toujours solidaire – Nicolas Dessenne très investi -, la clarinette tend sa ligne pour culminer dans une lumière incandescente – « comme un cri » note le compositeur pour cette deuxième section – avant la longue désinence qui fait ployer les deux sonorités vers le grave. Telle une incantation sauvage scandée par les notes répétées du piano, l'assaut final propulse la clarinette virtuose – merveilleux Alain Damiens - jusqu'à ses limites suraiguës, achevant seule cette quête obstinée et mystique vers la lumière. Fascinant !

(Michèle Tosi, Resmusica.com, 15/02/09)