Regards invisibles

Œuvre pour piano, clarinette sib, violon et violoncelle.
Durée : 10'30
Année : 2016

Pensée :
Tu portes en toi ce regard de l'autre qui t'observe, te complimente ou te fustige, qui s'offre à toi sur ton passage sans que tu ne le remarques. Brin de bonheur, furtif et protecteur, il est ton partage et son altérité silencieuce.

Chambre à part

Œuvre pour quatuor de saxophones
Durée : 9'50
Année : 2016
Edition Impronta

Création le 23 avril 2016 par le Synaphe Saxophones Quartet, festival Italian Sax Week, Théâtre P. Grassi, Cisternino (Italie).

Site de l'éditeur

Xpositions

Œuvre pour quatre percussionnistes
Durée : 10'
Année : 2015
Edition Impronta

Site de l'éditeur

Cookies

Œuvre pour quatuor de cors.
Durée : 5'10
Année : 2015

Site de l'éditeur

Regards interposés

Œuvre pour hautbois et trio à cordes.
Durée : 12'50
Année : 2014
Edition Impronta

Création le 11 mars 2018 par Marika Lombardi (hautbois) et Valérie Guéroult (clarinette) à l'Eglise américaine, Paris 7ème dans le cadre du festival OBOE 2018.

Site de l'éditeur

Blessures d'ailes

Œuvre pour clarinette sib et trio à cordes.
Durée : 9'50
Année : 2011
Les Editions Musicales Artchipel

Création le 4 juillet 2013 par Armand Angster et l'ensemble Accroche-note aux Rencontres d’Été de musique de Chambre, Église du Bouclier, Strasbourg.

Site de l'éditeur

Image floue

Œuvre pour grande flûte, guitare, violoncelle et accordéon.
Durée : 6'40
Année : 2010
Les Editions Musicales Artchipel

Création le 26 mars 2011 par l'ensemble Asturia Quatuor à Argelès.

Pensée :
Je suis allé pêcher dans les nervures de l'enfance l'une de mes toutes premières pièces écrites à l'harmonium de mon grand-père. Une complicité s'est installée progressivement le temps de sa réécriture y apposant les effluves d'une vie... mélange d'atonalisme pour révéler dans le final un passage translucide et franc. Image floue est dédiée à Yannick Ponzin et Jacques Lesburguères pour qui je n'ai de cesse de récidiver.

Site de l'éditeur

Lueurs de terre

Œuvre pour flûte solo et trio à cordes.
Durée : 11'
Année : 2008
Edition Impronta

Pensée :
.. . « Comme un jeu d'ombres et de couleurs »...il m'a fallu d'abord trouver le titre mais avant cela, une rencontre avec Christel Rayneau et l'Ensemble Hélios lors d'une répétition en a été déterminante. Dès le premier instant, j'ai été séduit par les sinuosités , les pleins et les déliés de ces musiciennes d'exception, la précision de leur jeu mais encore leur enthousiasme communicatif. Dès lors, j'ai voulu créer une peinture d'au - delà, insaisissable et irréelle, bref, inventer de nouvelles couleurs – si possible.
Structuré en trois mouvements, il s'agit d'un véritable quatuor où la flûte est partie intégrante de l'ensemble et non détachée; l'importance des dynamiques est capitale pour souligner tout un parcours où se jouent en alternance les dégradés de contraste.La flûte solo irise et irradie les luminosités d'azur ou s'infiltre dans les sombres couches d'un clair de terre.
La partition est dédiée à Christel Rayneau et l'Ensemble Hélios.

Site de l'éditeur

Afin de rendre visible les étoiles II ou Du sable à la mer

Œuvre pour quatuor de violoncelles.
Durée : 8'25
Année : 2004

De mousse et de pierre

Œuvre pour quatuor à cordes no5.
Durée : 20'25
Année : 2001

Pensée :
« Besoin de piétiner les allées de mon enfance ...
Ai-je avancé un peu plus, malgré tout ?
« De mousse et de pierre » est un regard porté sur mes deux premiers quatuors ; la réflexion que j'y ai menée m'a conduit à reprendre certains matériaux pour les travailler dans d'autres directions.

Poussière d’anges

Œuvre pour quatuor à cordes n° 2.
Durée : 19'40
Année : 1997

Pensée :
Littérature et Musique ont, comme toutes formes d’art, une même destination.
Les sonorités consignées dans cette partition ne sont que l’écho intérieur parvenu de la lecture du livre « le testament français » d’Andreï Makine, de la résonance de chacun des mots si superbement joués de sa propre partition.

La pierre et la mousse

Œuvre pour quatuor à cordes n° 1.
Durée : 20'15
Année : 1996

Pensée :
Le silence et le temps...

L'acte d'écrire est peut - être la restitution d'un passé en même temps que le prolongement de soi .La musique cristallise dans l'espace nos couleurs intérieures.
De la pierre émane le son, univers originel de l'homme...
Dans le silence et le temps, l'homme y laisse aussi sa pensée.

I - Noirceur du temps : ( 4'45)
Comme une musique venue du fond des âges, le quatuor commence en harmoniques. Bâti sur quatre notes, il symbolise aussi le Premier des Hommes.

II - Du fond de toi : ( 4'45 )
Ouverture puis fermeture d'un foyer de cinq notes (l'univers manifesté ) - la naissance et la mort – les axes statiques intermédiaires sont autant de zones de repos dans la germination de l'être.

III - Strates : (4'50)
Par des zones totalement différentes les unes des autres et leur statisme intérieur, il représente la création de l'univers dans son immobilité.

VI - Brisures : (3'10)
L'homme est destructeur et finit par s'égarer. Musique nerveuse, agressive. Fragmentations hallucinatoires.

V - « Un désespoir de ciel : (3'25)
L'homme ne trouvera jamais son bonheur...
Longue litanie au violon que reprend ensuite l'alto.
Mélodie désincarnée dans un espace sonore qui cette fois-ci se ferme pour s'ouvrir à nouveau sur l'accord final par un vibrant appel à l'Espérance.
Je pense que le quatuor à cordes est la restitution parfaite de nos sonorités intérieures.

Incandescence

Œuvre pour trombone solo et 3 groupes de percussions.
Durée : 12'50
Année : 1983

Espace

Œuvre pour quatuor de trombones.
Durée : 4'15
Année : 1983

{

}