{

 
BIOGRAPHIE
de
CHRISTIAN DACHEZ

}

par Michèle Tosi

La musique de Christian Dachez sous-tend l'idée du voyage, d'une quête qu'il mène obstinément, quête spirituelle par laquelle la musique acquiert sa force et sa puissance expressive. 

Du chaos à la lumière, par Michèle Tosi
Il suffit d'écouter ses quatorze Préludes pour piano intitulés Chiffres variés pour en mesurer l'impact émotionnel; bien souvent relié au texte, explicite ou non, le discours musical chez Dachez revendique son imprégnation poétique (qu'il trouve dans la nature ou chez les poètes comme Rimbaud, Gérard de Nerval, Hölderlin…) et se nourrit de questionnements intérieurs souvent traduits par l'obsession d'un geste ressassé (Chaos I pour piano) et une manière litanique de penser le mouvement (Oratio pour mezzo-soprano et piano); car sa musique n'est rien moins que statique; l'énergie sourd, empruntant des trajectoires sinueuses mais toujours ascensionnelles (Ways away pour violoncelle) pour gagner des registres clairs et tendre vers cette intensité luminescente qu'atteint la clarinette dans De Cendres et d'Encre : à ces titres sombres semblant absorber l'inquiétude qui habite cette personnalité singulière répondent en effet l'aspiration solaire et positive d'Archipel (à jouer comme un soleil précise le compositeur) et l'envol cosmique de partitions comme Par delà, Afin de rendre visible les étoiles ou L'arbre sur la lune.

Constituant aujourd'hui un corpus de quelque soixante numéros, du soliste au grand orchestre, l'œuvre de Christian Dachez scrute intensément et sans fléchir ces "ciels de jardins blancs", creusant dans l'univers sonore un sillon personnel et profond.

BIOGRAPHIE DE CHRISTIAN DACHEZ

Compositeur français, né en 1951.

Après des études musicales au C.R.R. de Lille (premier prix de formation musicale), il travaille à Paris le trombone avec Raymond Katarzinsky et la direction d'orchestre avec Jean-Claude Hartmann. Finaliste de la coupe du Président de la République à l'accordéon, il obtient un premier prix en harmonie, fugue et contrepoint avec Yvonne Desportes.

Christian Dachez signe plusieurs musiques de film dont Destin (1978) pour le Festival Fantastique de Paris, compose pour le compte de sociétés de publicité, pour le cinéma ,la télévision et la chanson.

Une formation aux techniques des ateliers U.P.I.C. ainsi que l'écoute du Requiem de Ligeti déterminent son orientation définitive.
Il collabore avec :

  • l'Orchestre Philharmonique de Radio-France,
  • l'Orchestre de Perpignan-Méditerranée,
  • Colonne,
  • l'Orchestre de Flûtes Français,
  • les ensembles Accroche-note,
  • Camerata Alma Viva,
  • Impronta,
  • l'Octuor de Violoncelles de Beauvais,
  • l'ensemble Nomos de Christophe Roy,
  • Azalée,
  • Zéphire,
  • Traces d'Aujourd'hui,
  • le Quintette "Just'à Cinq",
  • les ensembles vocaux Musicatreize,
  • Soli-Tutti,
  • Choeur Britten et Ôm,
  • le Théâtre de Lisieux
  • l'ensemble Saxback

    Et des solistes tels Armand Angster, Françoise Kubler, Wilhem Latchoumia, Mari Kobayashi, Alain Buet, Alain Damiens, Pierre-Yves Artaud, François Kerdoncuff, Nicolas Prost, Max Bonnay, Marika Lombardi, Valérie Guéroult, Filippo Mazzoli, Marta Pettoni, Danilo Russo, Fanny Vicens, Birgit Haverkock, Marie Andrée Joerger, Philippe Koerper, Ghislaine et Jean-Marc Petit Volta, Miliau Fauré, Yannick Ponzin, Jacques Lesburguères, Mélanie Génin, Jean-Claude Montac, Hélène Escriva, Hélène Diot , Lise Viricel et autres solistes...
Il reçoit commande des ensembles :

  • Accroche-note, Artédie,
  • de l'Octuor de Violoncelles,
  • de l'Orchestre de Flûtes Français,
  • l'Ensemble Vocal de Bourgogne et le Chœur de Chambre imagÔ,
  • de l'association Les Amis de l'Orgue de Chambéry,
  • des Festivals Aujourd'hui Musiques,
  • de Violoncelle de Beauvais,
  • Risonanze Armoniche de Trente (Italie),
  • Promenades musicales du Pays d'Auge,
  • de Radio-France pour l'émission Alla Breve diffusée sur France-Musique et France-Culture,
  • des Conservatoires de musique de Lille, Arras et Beauvais,
  • de l'Académie de Gargilesse (Indre) 2018,
  • du baryton new-yorkais Thomas Buckner.
Christian Dachez confie avoir l'obsession de la "note" : le musical et le sensitif peuvent s'exprimer dans des domaines restreints de l'espace sonore, donc dans une économie de mots. Seul compte le mouvement directionnel qui insuffle l'émotion et privilégie l'instant.Il considère que toute œuvre naît de la mutation des éléments préexistants de la matière sonore, faisant référence à l'Arbre Vert de Kandinsky: son travail n'est la représentation que d'un seul et unique ouvrage.

Ses oeuvres sont disponibles aux :



{

}